-

 Flux RSS

Orthophonie

Vous êtes ici

Ecouter

Qu'est-ce que l'orthophonie?

Le mot orthophonie vient du grec ortho : correct et phonè : voix. L'orthophoniste « exécute habituellement des actes de rééducation constituant en un traitement des anomalies de nature pathologique, de la voix, de la parole et du langage oral ou écrit ». En France, le titre d'orthophoniste est réservé au personnes ayant obtenu le Certificat de Capacité d'Orthophonie. Les orthophonistes figurent au livre IV du Code de Santé Publique en tant qu'auxiliaire médical. Les praticiens belges utilisent le mot logopède, les suisses le terme logopédiste et les anglo-saxons utilisent la dénomination speech language therapist.

 

Historique de la profession

Le statut légal de la profession d'orthophoniste a été institué par la loi du 10 Juillet 1964 créant le Certificat de Capacité d'Orthophonie. Mais le mot « orthophonie » est né en 1828 lors de la création, par le Docteur Colombat, de l'Institut Orthophonique de Paris destiné au « redressement de la parole et notamment du bégaiement ». Un premier enseignement fut fondé par Madame Borel-Maisonny, délivrant en 1955 les premières attestations d'études d'orthophonie. Les études se déroulent actuellement en école d'orthophonie, qui dépendent des unités de formation médicale, sur 4 ans. L'entrée est soumise à la réussite de l'examen d'aptitude après le bac.

 

La prise en charge en orthophonie

L'orthophoniste est un professionnel de santé qui exécute ses actes selon une prescription médicale. Il établit dans un premier temps un bilan orthophonique au cours duquel il évalue les troubles présentés, établit un diagnostic orthophonique et un projet de rééducation si nécessaire. Il rédige un compte rendu au médecin prescripteur. L'orthophoniste décide depuis 2002 du nombre de séances à effectuer et de leur cotation en fonction de la nouvelle nomenclature.

Selon le décret de compétence n° 2002/721 du 2 Mai 2002

Art.1er.-L'orthophonie consiste:
- à prévenir, à évaluer et à prendre en charge, aussi précocement que possible, par des actes de rééducation constituant un traitement, les troubles de l'oralité alimentaire et verbale, de la voix, de la parole, ainsi que les troubles associés à la compréhension du langage oral et écrit et à son expression ;
- à dispenser l'apprentissage d'autres formes de communication non verbale (langage des signes par exemple) permettant de compléter ou de suppléer ces fonctions.

Art. 2. - Dans le cadre de la prescription médicale, l'orthophoniste établit un bilan qui comprend le diagnostic orthophonique, les objectifs et le plan de soins. Le compte rendu de ce bilan est communiqué au médecin prescripteur accompagné de toute information en possession de l'orthophoniste et de tout avis susceptible d'être utile au médecin pour l'établissement du diagnostic médical, pour l'éclairer sur l'aspect technique de la rééducation envisagée et lui permettre l'adaptation du traitement en fonction de l'état de santé de la personne et de son évolution.

Art. 3. - L'orthophoniste est habilité à accomplir les actes suivants :
1. Dans le domaine des anomalies de l'expression orale ou écrite :
- la rééducation des fonctions du langage chez le jeune enfant présentant un handicap moteur, sensoriel ou mental ;
- la rééducation des troubles de l'articulation, de la parole ou du langage oral (dysphasies, bégaiements, retards de parole/langage) quelle qu'en soit l'origine ;
- la rééducation des troubles de la phonation liés à une division palatine ou à une incompétence vélo-pharyngée ;
- la rééducation des troubles du langage écrit (dyslexie, dysorthographie, dysgraphie) et des dyscalculies ;
- l'apprentissage des systèmes alternatifs ou augmentatifs de la communication.

2. Dans le domaine des pathologies oto-rhino-laryngologiques :
- la rééducation des fonctions oro-faciales entraînant des troubles de l'articulation et de la parole ;
- la rééducation et la conservation de la voix, de la parole et du langage, la démutisation et l'apprentissage de la lecture labiale, y compris dans le cas d'implants cochléaires ou d'autres dispositifs de réhabilitation ou de suppléance de la surdité ;
- la rééducation des troubles de la déglutition (dysphagie, apraxie et dyspraxie bucco-lingo-faciale) ;
- la rééducation des troubles de la voix d'origine organique ou fonctionnelle

3. Dans le domaine des pathologies neurologiques :
- la rééducation des dysarthries et des dysphagies ;
- la rééducation des fonctions du langage oral ou écrit liées à des lésions cérébrales localisées (aphasie, alexie, agnosie, agraphie, acalculie) ;
- le maintien et l'adaptation des fonctions de communication dans les lésions dégénératives du vieillissement cérébral.

Art. 4. - La rééducation orthophonique est accompagnée, en tant que besoin, de conseils appropriés à l'entourage proche du patient.
L'orthophoniste peut proposer des actions de prévention, d'éducation sanitaire ou de dépistage, les organiser ou y participer. Il peut participer à des actions concernant la formation initiale et continue des orthophonistes et éventuellement d'autres professionnels, la lutte contre l'illettrisme ou la recherche dans le domaine de l'orthophonie. »

 

Les lieux et modes d'exercice

Les orthophonistes peuvent intervenir à tous les âges de la vie, et notamment auprès de très jeunes enfants et/ou des adolescents.
Ils peuvent exercer leur profession en cabinet libéral (le plus fréquemment), dans les établissements de santé (centres de rééducation ou de réadaptation, services hospitaliers de pédiatrie, neurologie...), ou dans des établissements médico-sociaux (CAMSP, SESSAD, centre médico-pédagogique, IEM ...). Au terme du bilan, en accord avec le médecin prescripteur, l'orthophoniste établit un dossier de prise en charge de la rééducation par la caisse primaire d'assurance maladie qui rembourse partiellement ou totalement les séances. Les orthophonistes sont des professionnels conventionnés aux tarifs fixes.

 

Spécificité de la prise en charge chez l'enfant et modalités pratiques

Un bilan orthophonique peut être proposé si:
- les parents, le milieu scolaire ou médical s'inquiètent quant au développement du langage
- l'évolution du langage oral ou écrit paraît anormale
- un handicap perturbe le langage
- la communication orale ou écrite est perturbée par un accident, une maladie neurologique (tumeur cérébrale, accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien...) ou une opération chirurgicale notamment de la région bucco-faciale.
Le bilan permet de préciser la nature des troubles et de déterminer si une rééducation peut être bénéfique. L'évaluation s'intéresse particulièrement aux capacités de communication verbale ou non verbale, au comportement, aux capacités de compréhension et d' expression, aux réalisations praxiques et aux capacités cognitives.

Certains aspects sont spécifiques de la rééducation en pédiatrie :
- la rééducation est souvent réalisée sous forme de jeux, ce qui permet une meilleure collaboration de l'enfant et une meilleure adhésion au traitement qui n'est alors pas vécu comme une contrainte. L'intervention orthophonique porte sur les aspects non verbaux et verbaux, la compréhension et l'expression. Elle est développée par l'intermédiaire du jeu, de supports visuels (cahiers, photos, images) et de supports techniques (signes gestuels, pictogrammes...).
- chez le jeune enfant, les séances peuvent être conduites en présence et avec la participation active du(es) parent(s).
- les séances doivent répondre à certaines règles : un nombre et une durée suffisants, un rythme déterminé par la sévérité de la pathologie ou son caractère évolutif, un contenu adapté à l'objectif fixé et une assiduité régulière.
- la durée de la séance est adaptée selon l'âge de l'enfant, sa fatigue et la pathologie ( la sécurité sociale prévoit des créneaux de 30 minutes ou de 45 minutes pour les troubles neurologiques).
- un travail de guidance parentale peut être nécessaire

 

Conséquences sur la vie scolaire

Parfois, les séances d'orthophonie se déroulent sur le temps scolaire, ce qui permet de limiter la fatigue de l'enfant. Selon les circonstances, ces aménagements devront être formalisés dans le cadre d'un Projet d'Accueil Individualisé (PAI) ou un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS).

Rendre l'école accessible 
Liens 

Activités de soutien à l'oralité
Cette fiche élaborée par le centre de référence des affections congénitales et malformatives de l'œsophage propose un certain nombre d'activité qui peuvent être proposées pour stimuler et rééduquer des troubles de l'oralité.

L'orthophonie dans les troubles spécifiques du développement du langage oral chez l'enfant de 3 à 6 ans
Recommandations établies par l'HAS (Haute Autorité de Santé). L'objectif de cette recommandation professionnelle est de répondre aux questions suivantes :
1. Sur quels critères et quand prendre en compte une plainte concernant le langage ?
2. Comment identifier un trouble spécifique du développement du langage ?
3. Quel bilan orthophonique prescrire et quand ?
4. Quels enfants faire bénéficier d'une rééducation orthophonique, quand et à quel rythme?
5. Quels objectifs fixer et quelles méthodes de rééducation employer ?
6. Quelle évaluation et quel suivi ?

Vivre avec une maladie rare : aides et prestations pour les personnes atteintes de maladies rares et leurs proches (aidants familiaux/proches aidants): ce Cahier Orphanet est un document qui a pour objectif d’informer les malades atteints de maladies rares ainsi que leurs proches de leurs droits et de les guider dans le système de soins.